EAN – European Aviation Network

Mouahahaha, bientôt je pourrais troll tout un avion en bouffant toute la bande passante de l’appareil!

Dès la mi 2017, donc bientôt (du moins en théorie), les vols en Europe permettrons a leurs passagers de se connecter à haut débit. Les entreprises Deutsche Telekom et InmSart ont associés leurs ressources et leurs partenaire technologique Thales et Nokia pour créer European Aviation Networt – EAN, soit le premier réseau Long Term Evolution (LTE) haut débit en vol.

Une étude réalisée par GFK mes en avant que 80% des européens prenant l’avion souhaiteraient profiter d’une connexion internet durant leurs vols. La raison pour laquelle InmarSat, grand opérateur satellites et Deutsche Telekom, DTAG le plus grand opérateur allemand et européen, ont accepté un accord stratégique avec un objectif commun: Produire et lance le premier réseau LTE sur les vols de l’Union européenne via le European Aviation Network – EAN. Le projet vise une connexion atteignant les 50 Gbit/s aux passagers (mais ne fournissait un débit cumulé que de 75 Mbit/s durant les derniers tests). (Sachant que les derniers speed test chez les quatre opérateurs principaux français ont donnés des moyennes allant de 26 à 41 Gbit/s).

Ces protagonistes fournisses un parc réseau de douze satellites géostationnaires en bande S du côté d’InmarSat, 300 antennes LTE par Deutsche Telekom et Nokia et un matériel embarqué produit par Thales. Bien entendu le réseau LTE terrestre mis en place n’est pas le même que pour un LTE classique dû aux contraintes d’un vol d’avion. Tous simplement au niveau du déplacement, une cellule normal couvre 20Km maximum pour un réseau mobile “normal”, ici les cellules doivent avoir une vitesse de fonctionnement allant jusqu’à 1200 Km/h et une couverture de 150 Km, demandant du coup l’adaptation de stations de bases et de têtes radio déportés (Remote Radio heads).

En novembre 2016 c’est terminé les vols d’essais au-dessus de quatre sites radio du sud-ouest du Royaume-Uni et la stabilité des satellites et leur infrastructure ont été validées il y a quelques semaines (février 2017). Pour InmarSat, ce marché d’accès à internet dans l’aviation civile représentera rapidement un milliard de dollars.

Ainsi, concernant le débit, l’opérateur assure un confort similaire à une connexion domestique même durant les heures de pointes qui apporteront un trafic dense. La première compagnie qui proposera à ces passagers ce service sera Lufthansa dans l’année (2017)

Pour finir, inmarSat vient en solo de passer un accord avec Arianespace pour envoyer en orbite durant 2017 un satellite de bande S uniquement pour le réseau EAN. C’est une fusée Ariane 5 qui transportera celui-ci, fesant partis d’un paquetage crée par Thales Alenia Space appelé “condosat” ainsi qu’un paquetage pour l’opérateur Hellas-Sat.

Article d’InmarSat sur l’EAN

Arthur